Lettre de Ségolène Royal à l'Outre-mer

Publié le par Lettre à tous les Résignés et Indignés

 

Dans moins de sept mois, les Français seront appelés aux urnes à l’occasion du premier tour de l’élection présidentielle. Candidate à la primaire socialiste, Ségolène Royal compte sur le soutien des Ultramarins. Celle qui a déclaré vouloir un nouveau face à face avec Nicolas Sarkozy a adressé une lettre à ses "compatriotes de tous les Outre-Mers". Ségolène Royal y expose son projet politique pour 2012 et promet un engagement actif aux côtés des Ultramarins. 

Ségolène Royal s'adresse à ses "compatriotes de l'Outre-Mer"


"Madame, Monsieur, 



Mes chers compatriotes de tous les outre-mers, 

Vous pourrez dans quelques jours exercer un droit nouveau : celui de choisir la candidate ou le candidat de la gauche qui devra rassembler pour gagner l’élection présidentielle de 2012 et redonner aux Français, outre-mer et dans l’Hexagone, les moyens de reprendre leur destin en mains. 

Le samedi 8 octobre (15 octobre pour le 2ème tour) si vous vivez en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à Saint Barthélémy, à Saint Martin, à Saint Pierre et Miquelon, en Polynésie française, ou le dimanche 9 octobre (16 octobre pour le 2ème tour) si vous vivez à la Réunion, à Mayotte, en Nouvelle Calédonie, c’est vous qui déciderez en allant voter aux primaires citoyennes organisées dans tous les territoires. Ces primaires citoyennes constituent en quelque sorte le premier tour de l’élection présidentielle puisqu’elles vont permettre de désigner le principal adversaire de Nicolas Sarkozy. 

Avec les outre-mers, j’ai un lien personnel fort. Vous savez que j’ai un lien personnel fort avec les outre-mers, où j’ai passé une partie de ma jeunesse et où je me suis rendue cinq fois depuis la dernière élection présidentielle et notamment lors du mouvement social de 2009 contre la vie chère. C’est pourquoi aujourd’hui je m’adresse directement à vous. 

Aguerrie par l’expérience de la campagne présidentielle de 2007, j’ai beaucoup écouté et travaillé durant ces dernières années. Je suis candidate pour qu’ensemble, nous remettions une République actuellement abaissée et abîmée d’inégalités dans le droit chemin de sa promesse de liberté, d’égalité et de fraternité, qui ne signifie pas pour moi uniformité mais respect mutuel et solidarité vraie. 

C’est au nom de ces valeurs qu’on a lutté outre-mer pour l’abolition de l’esclavage, pour la Libération durant la 2ème guerre mondiale, contre le colonialisme, pour l’égalité politique et sociale. C’est au nom de ces valeurs que, de nos jours, j’appelle les forces citoyennes à se lever et, avec elles, un nouvel espoir dans tous les outre-mers auxquels le pouvoir en place n’a que trop menti. 

Je suis candidate pour que vous, Madame, et vous, Monsieur, soyez plus heureux dans votre vie quotidienne, votre vie professionnelle, votre vie familiale, et plus confiants dans l’avenir, pour vous-mêmes et pour vos enfants. 

La plupart des promesses faites par Nicolas Sarkozy en personne, en particulier en 2009, n’ont pas été tenues dans les départements d’outre-mer : ni sur les prix, ni sur l’emploi, ni sur le logement, ni sur la sécurité. L’Etat, qui a multiplié les cadeaux aux plus riches, s’est désengagé des territoires où la pauvreté et la précarité sont les plus massives : il a réduit le budget des outre-mers, supprimé toujours plus de postes d’enseignants, affaibli les services publics et revu à la baisse le soutien public aux investissements locaux. 

Dans l’Hexagone, les associations des originaires d’outre-mer sont de moins en moins aidées. 

Avec moi, l’Etat tiendra parole Avec moi, l’Etat tiendra parole et assumera ses responsabilités. Avec moi, vous, Madame, et vous, Monsieur, qui vivez outre-mer, ne serez plus considérés comme des « assistés » à qui l’on fait reproche de vouloir la solidarité nationale mais comme les citoyens à part entière d’une République fière de vous compter parmi les siens. Avec moi, les outre-mers ne seront plus « les oubliés de la nation » car c’est en pensant aux difficultés que chacune et chacun d’entre vous affronte que j’ai écrit ma « Lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions ». 

Dans le contrat que je propose solennellement à la Nation, je me suis engagée à construire, avec la participation active de tous les citoyens, une République du respect et un ordre social juste. 

Je ferai de la France, outre-mer comme dans l’Hexagone, un pays d’entrepreneurs et d’entrepreneuses car c’est ainsi que l’économie sera dynamisée et l’emploi relancé. Les statistiques officielles ne tiennent pas compte du niveau particulièrement élevé du chômage outre-mer. Les petites et moyennes entreprises sont celles qui créent le plus d’emplois : elles seront spécialement soutenues outre-mer, grâce à la création d’une banque publique d’investissement qui leur facilitera l’accès au crédit et à une mobilisation efficace de l’épargne locale au service de l’économie locale. 

Je ferai de la France la première puissance écologique d’Europe et nous ferons des territoires d’outre-mer l’avant-garde de cette révolution écologique créatrice d’emplois nouveaux. 

Cela supposera d’investir massivement dans les énergies renouvelables, si abondantes sur place : solaires, éoliennes, maritimes, sans oublier la biomasse à partir des déchets de la canne et de l’agriculture. L’extraordinaire bio-diversité des territoires d’outre-mer sera préservée et valorisée, notamment pour le développement de la science et de l’éco-tourisme. 

Dans certaines collectivités d’outre-mer, le chômage des jeunes frôle les 60%. Je ne veux plus de ce gâchis ! Je veux que chaque jeune ait une bonne raison de se lever le matin et de croire en son avenir. 

Je mettrai en place un Pacte pour l’emploi des jeunes qui mobilisera les entreprises, les organismes de formation, les syndicats et les associations afin qu’aucun jeune, sous quelque latitude que ce soit, ne reste sans solution de formation, d’apprentissage ou d’emploi. 

Je rendrai à l’école les moyens d’accomplir sa mission outre-mer et aux enseignants la fierté de leur métier. Le gouvernement avait promis de renforcer la lutte contre l’échec scolaire mais les postes sont massivement supprimés année après année (pour la rentrée 2012, la Martinique détient le record national de diminution des effectifs enseignants !) et les violences scolaires augmentent. 

Mes premières décisions seront de rétablir l’année de formation des professeurs car enseigner, cela s’apprend, et de stopper ces suppressions de postes et de définir, avec toutes les parties prenantes de l’éducation nationale, un plan de recrutement répondant aux besoins sur le terrain. 

L’inflation et la puissance intacte des lobbies sont, outre-mer, les premiers ennemis du pouvoir d’achat des ménages. Contre la vie chère qui atteint des niveaux insupportables avec des prix souvent supérieurs de 20% à ceux de l’Hexagone, j’apporterai des solutions concrètes. 

Je bloquerai les prix de 50 produits de première nécessité et le prix de l’énergie. Je favoriserai les circuits courts pour que les producteurs locaux soient mieux rémunérés et les consommateurs moins dépendants des monopoles importateurs. Il est, outre-mer, de plus en plus difficile de se loger correctement à un prix accessible. 

Le gouvernement a ouvert les vannes de la défiscalisation pour compenser son désengagement budgétaire. Résultat : ce cadeau aux contribuables les plus aisés de l’Hexagone a favorisé la spéculation foncière et immobilière sans répondre, sur place, aux besoins des familles. 

Je rétablirai, pour le logement social, des financements sécurisés qui en relanceront la construction, source importante d’emplois outre-mer. La priorité ira aux bâtiments économes en énergie pour alléger les charges acquittées par les foyers. 

Je veillerai attentivement à la mise en application de la loi sur la résorption de l’habitat insalubre et indigne, portée par mon ami Serge Letchimy, président de la Région Martinique. La République doit garantir la sûreté des biens et des personnes. C’est un sujet que j’ai toujours pris très au sérieux, y compris quand la gauche était encore hésitante. 

Aujourd’hui, l’échec du gouvernement est flagrant et l’insécurité alarme à juste titre outre-mer. Je redonnerai à la police et à la gendarmerie, ces institutions fondamentales pour la tranquillité publique et la protection de chacun, les moyens de remplir correctement leur tâche. 

Je mettrai en place, comme j’ai été la première à le dire, l’encadrement militaire éducatif des jeunes délinquants, en m’inspirant notamment du fonctionnement du service militaire actif, pour qu’ils soient remis dans le droit chemin sans passer par la prison d’où ils ressortent souvent encore plus délinquants.  

Les outre-mers sont particulièrement exposés aux désordres des flux migratoires illégaux et je n’accepte pas que la misère des uns s’ajoute ainsi à la misère des autres. Les étrangers en situation régulière seront respectés et protégés. Les étrangers en situation irrégulière auront vocation à être reconduits dans leur pays, dans le respect des personnes. Les régularisations au cas par cas tiendront compte des situations familiales ainsi que de l’insertion professionnelle et sociale. Je ne procèderai à aucune régularisation massive. 

Je veillerai à la présence dans tous les territoires de nos services publics aujourd’hui fragilisés. J’associerai les citoyens des outre-mers à la réforme pour la justice fiscale, qui sera réalisée sans augmentation des impôts : c’est possible puisque je le fais déjà dans la Région que je préside. Je serai la garante intraitable de la morale publique car on n’exerce pas de responsabilités publiques pour se servir mais pour servir l’intérêt général. Les élus qui manqueront à leur devoir de probité et d’exemplarité seront sanctionnés sans faiblesse ni complaisance. 

  Je serai une Présidente de la République fidèle aux outre-mers et activement engagée à vos côtés. Les outre-mers ne sont pas une charge mais une chance pour une nation riche de sa diversité, forte de ses solidarités et tournée vers tous les continents. 

Femme d’Etat toujours chaleureusement accueillie lorsque je suis venue, outre-mer, vous rencontrer, vous écouter et dialoguer avec vous, je serai une Présidente de la République qui vous restera fidèle car mon engagement à vos côtés ne date pas d’aujourd’hui. 

Ce que je vous propose, c’est de tracer ensemble un nouveau chemin et d’avoir, comme le disait Aimé Césaire qui me fit l’amitié de présider mon Comité de soutien en 2007, « la force d’inventer au lieu de suivre ». Madame, Monsieur, le 8 ou le 9 octobre, selon le territoire où vous vivez, je compte sur vous. 

Fidèlement,   Ségolène Royal "

 

Commenter cet article