Ségolène Royal met le Nord en ébullition

Publié le par Lettre à tous les Résignés et Indignés

Entourée de dizaines de journalistes, la candidate à la primaire socialiste a trouvé l'accueil tourquennois «très chaleureux».Photo Ludovic MaillardEntourée de dizaines de journalistes, la candidate à la primaire socialiste a trouvé l'accueil tourquennois «très chaleureux».Photo Ludovic Maillard


La séance de dédicace de Ségolène Royal, hier midi chez Majuscule (lire en pages Métropole) a créé l'événement en centre-ville. Soutiens et journalistes se sont déplacés par dizaines.

Pas encore électeur mais déjà « fan ». Ismaël, Tourquennois de 11 ans, a manqué l'école pour être dans les premiers à faire le pied de grue devant Majuscule en attendant sa « copine Ségolène » et lui remettre son oeuvre : une peinture sur carton pour lui souhaiter « bonne chance pour 2012 ». « On l'adore ! », confirme sa maman, Anissa, qui voit en la présidente de Poitou-Charentes « un peu de Mitterrand ».

 
Sa venue à Tourcoing aura créé l'événement. « Ici, on reçoit rarement des auteurs aussi connus », raconte une libraire de Majuscule pour qui « c'est du jamais vu ». Son arrivée - avec une bonne demi-heure de retard - a créé une véritable cohue, inhabituelle rue Leclerc comme dans les allées du magasin. Dans la foule, une horde de journalistes et des militants de la première heure, venus de toute la région. Et déjà convaincus, comme Anne-Marie, encartée au PS depuis plus de 30 ans à Roncq. En faisant signer son exemplaire du programme de la candidate, elle l'a « félicitée pour son courage, parce qu'elle tient bon ». « Elle est sur la bonne voie », avance Lydia d'Houplin-Ancoisne, venue tracter devant la librairie. Revenue au PS en 2006 pour Ségolène Royal, elle a suivi son déplacement d'hier jusqu'à Dunkerque. À 17 ans, Baptiste n'aurait manqué cette étape nordiste de la candidate pour rien au monde. Militant au Mouvement de la jeunesse socialiste et à Désirs d'avenir depuis ses 15 ans, il est la coqueluche des caméras. Présent la veille pour préparer la venue de la candidate, il l'estime « la plus prête » de tous. Malika, de Roubaix, lui a remis un courrier d'encouragement. « Une femme présidente, ça changerait le monde ! » , lâche-t-elle.


Une fois la pression retombée, Ségolène Royal a quitté Majuscule sous les applaudissements. Avant un déjeuner au Café du Centre, suivie par quelques curieux, elle a fait une halte chez un coiffeur pour un coup de peigne. Elle qui se dit « bien sur le terrain » a trouvé l'accueil tourquennois « très chaleureux ». Au point de lui faire une ovation à sa sortie... des toilettes.

 

Source : Vincent Décaudin, dans Nord éclair, 17/09/2011 : http://www.nordeclair.fr/Locales/Tourcoing/2011/09/17/le-centre-ville-en-ebullition-pour-la-ve.shtml

Commenter cet article