Ségolène Royal, gagnante au point du premier débat

Publié le par Lettre à tous les Résignés et Indignés

Voilà, c'était le premier débat entre 6 personnalités qui prétendent devenir Président(e)s de la République. On aurait pu écrire un article hier soir, alors qu'on était encore chaud du live bloging, j'ai préféré avoir le recul de la nuit pour rédiger cet article.

Que retenir de ce débat et surtout, puisque tout le monde m'a demandé un classement, qui l'a gagné ?

 

 

Concernant la forme de l'émission tout d'abord, on ne peut pas dire qu'elle était optimale. C'était même long, très long. Personnellement, je m'attendais à deux heures de débats, on a eu droit à une bonne heure d'interview classiques, candidat par candidat. Si c'était pour voir ça, l'émission n'avait aucun intérêt et chaque candidat aurait pu continuer sa campagne dans son coin. Toujours est-il qu'après une série de six "bonjour !" un peu ridicule, on a eu droit à des récitations d'écoliers par des concurrents qui devaient se "présenter", après quoi ils sont chacun passés au grill (à température peu élevée) devant les journalistes tels des étudiants devant leurs profs dans un oral (on a même eu droit à une série de questions aléatoires et à une question choisie par l'étudiant, euh, le candidat) et, enfin, après plus d'une heure, on a eu droit à ce qu'on attendait depuis le début : un débat ! Sur la performance des journalistes, ils ont su jouer leurs rôles. Sur le timing, chaque candidat a eu le même temps de parole, c'est notable. Mais globalement, l'enchainement des séquences et leurs durées n'étaient pas aidées par le nombre de candidats et on retient assez peu de choses de ce qui a été dit, tout devant être concentré à l'extrême (certains candidats ont d'ailleurs visiblement joué sur le peu de temps pour en dire le moins possible...). Au final, il faut le dire comme je le pense, je me suis fait chier !

 

 

Concernant le fond, et ce qui nous intéresse le plus, les candidats, leur carrure pour le job et leurs propositions pour gouverner le pays pour les 5 prochaines années. Je le dis tout de suite, j'attendais de ce débat, non pas que les 6 s'étripent en public, mais bien qu'on puisse faire, au terme du premier round, la part des choses entre les candidats véritables et les touristes. C'est à dire entre ceux qui ont la carrure et ceux qui ne l'ont pas, entre ceux qui ont un programme et ceux qui n'en ont pas, entre ceux qui sont là avec d'autres objectifs que de battre Sarkozy et de gouverner et ceux qui étaient là pour d'autres raisons. Et c'est chose faite.


Pour ce qui est de la carrure, ils ne s'en sont globalement tous pas trop mal tiré. Deux candidats en manquent selon moi : Baylet et Hollande. Je vais en parler ensemble puisqu'ils souffrent du même mal : la notabilité de province aigüe. Ce sont tous les deux des bonhommes aux apparences sympathiques, qui ont de bons mots et de la répartie, avec un accent chaleureux de Baylet et une voix de narrateur de contes pour enfants ayant le nez bouché s'agissant de Hollande, mais deux personnalités qui dans l'apparence font plus Président de Conseil général (ce qu'ils sont d'ailleurs), ou leader de parti politique (ce qu'ils sont ou ont longtemps été!! :o) que Président de la République. Bref, ils ont la carrure d'un Président de IIIe ou de IVe République à la rigueur, mais pas de Ve, malheureusement pour eux. Concernant les autres, Montebourg avait cette force tranquille qui rassure mais une légère nonchalance (à la Borloo) qui peut plaire ou déplaire, c'est selon. Valls avait cette rectitude, il était droit dans ses bottes du début à la fin. C'était Valls quoi ! Aubry à l'aise globalement, même si, comme me disait un ami hier, à chaque fois qu'elle commence à parler on a l'impression qu'elle vient de pleurer. On ressent une fébrilité dans sa voix au début de chacune de ses interventions qui s'estompe assez rapidement tout de même. Et puis Ségolène, qui a également ce côté raide de Valls dans la tenue, était quand même très "Présidente" hier soir dans le sens où, face aux "couples" qui ont pu se former dans les débats "Montebourg vs Valls" "Hollande vs Aubry", elle a su rester au-dessus de la mêlée. C'est aussi ça, avoir de la carrure. Donc Voilà ! Montebourg, Aubry, Valls, Ségolène : 1 point. Baylet, Hollande : 0.


Pour ce qui est du programme, je crois que c'est ce qui a été le plus net hier soir, il y avait ceux qui ont bossé et ceux qui sont venus un peu à l'arrache. Avoir un programme, dans une campagne présidentielle, on peut en penser ce qu'on veut, ça aide ! L'ironie, c'est que c'est ceux là même qui reprochaient à Ségolène de ne pas avoir de programme en 2006 qui n'en ont pas cette année, et ça s'est vu ! Reprenons. Montebourg - avec sa démondialisation - a au moins le mérite d'avoir bossé. Il a un vrai programme basé essentiellement sur ce concept de démondialisation duquel il a décliné un certain nombre de propositions concrètes, notamment sur la spéculation ou sur le système bancaire. Il a répondu aux questions des journalistes avec aisance et fond. On peut ne pas être d'accord sur tout avec lui mais il est solide. Baylet a quant à lui décliné les grands thèmes des Radicaux : République, laîcité, école, avec un programme économique plutôt libéral d'ailleurs. J'ai été carrément étonné de ses positions libertaires sur le cannabis (il est pour la "libéralisation") et sur l'euthanasie (le "droit à mourir dignement" dit-il)... deux positions qui me paraissent, personnellement, aller contre le bon sens, et complètement disqualifiantes quand on veut exercer la Présidence de la République, c'est à dire l'autorité suprême... Hollande. Notre ami Hollande. Que dire, pour être gentil, il a beaucoup parlé. Pendant 10 minutes même. Il a fait quelques vannes. Il s'est énervé ! Il a reparlé. Il a pas dit grand chose. Qu'a-t-il dit ? 60 000 profs en plus en 5 ans. Augmentation des impôts obligatoire. Contre la sortie du nucléaire. Jeunes jeunes jeunes, fiscalité fiscalité fiscalité (sans dire quoi exactement d'ailleurs). Il m'a fait pensé à ces étudiants qui, au cours d'un oral, brodent parce qu'ils n'ont pas su répondre à la question du prof. Bref, je pense à tous ceux qui disent "il est sérieux". Peut-être, mais on attend toujours le programme. Aubry, dont je n'ai malheureusement pas entendu l'intervention de 10 minutes, m'a surpris. Oui, c'est moi qui dis ça ! Je vais finir par me demander pourquoi elle ne soutient pas la candidature de Ségolène, qui devrait être nommée fournisseuse officielle de ses idées : sortie du nucléaire, "rassembler la gauche puis tous les démocrates et républicains", entre autres (je n'me rappelle plus de tout ^^)... Elle a fini par dire en conclusion que pour gagner la présidentielle, il faudrait clarté et courage (deux atouts objectifs de Ségolène qu'on peine à retrouver chez Aubry, tant sa campagne est brouillonne et tant elle se comporte, à chaque fois qu'il faut se présenter au suffrage des électeurs, comme un cheval qui renacle (Congrès2008, Primaires 2011)... Valls. Que dire ? Il a ses idées, mais il n'en manque pas. Ce n'est pas celui qui a été le plus audible durant cette soirée. Ses propositions étaient toutefois claires. J'ai beaucoup aimé sa conclusion, très Obama : je viens d'Espagne et j'aime la France qui m'a adopté, en gros. Ségolène, enfin, est restée très sobre pendant toute la soirée, elle a décliné son programme et affichait sa cohérence à chaque fois qu'elle le pouvait, sans trop se mêler des chamailleries des autres : réforme bancaire radicale, pas d'augmentation d'impôt, reconversation écologique de l'industrie française, banque publique d'investissement, soutien aux PME, non cumul des mandats, tout élu condamné par la justice sera déclaré inéligible à vie... Elle a décliné son programme, certainement le plus dense et le plus abouti de tous les candidats présents. Donc Voilà ! Montebourg, Aubry, Valls, Ségolène : 2 points. Baylet, Hollande : 0. 


Pour finir, la question est, qui était là pour autre chose que devenir Président de la République en 2012 : sans trop développer : Montebourg et Valls préparaient clairement 2017, ils savent qu'ils ne gagneront pas et paufinent leur image de "relève". C'était clair. Baylet était là, comme je l'ai dit, un peu par hasard. Il négocie certainement, en bon notable, le nombre de sièges des Radicaux aux Sénatoriales, aux Législatives, etc. C'est dommage, j'aurais bien voulu entendre un vrai candidat radical à la présidence, pour sortir de ce débat fermé entre vieux socialistes. Les trois derniers ont au moins ça en commun, qu'ils veulent décrocher le job. Donc Voilà ! Aubry, Ségolène : 3 points. Montebourg, Valls : 2 points. Hollande : 1 point. Baylet : 0. 

 

 

Pour départager les ex aequo, il faut voir ces candidats dans leur globalité c'est à dire dans leur capacité à gagner et donc à faire campagne. De ce point de vue, il me semble que Ségolène, qui a l'expérience du feu présidentiel, qui a déjà affronté Sarkozy (ce n'est pas rien) et qui a passé toutes les épreuves sans jamais mettre un genou à terre est bien plus armée qu'Aubry pour aller jusqu'au bout de la présidentielle. Aubry mène tout de même une campagne totalement illisible et parait, malgré sa "force naturelle" (sic), assez fragile sur la forme, notamment dans ses rapports aux médias. Donc Voilà ! Ségolène : 3,5 points. Aubry : 3 points. Concernant Montebourg et Valls, n'étant pas premiers, on va se pencher sur la capacité à rassembler derrière leur candidature et donc de gagner, un jour. De ce point de vue, les idées de Valls étant bien trop marginales pour pouvoir rassembler toute la gauche (du moins, en l'état, tout le monde peut évoluer heureusement!), je pencherais plutôt vers Montebourg. Donc Voilà ! Montebourg : 2,5 points. Valls : 2 points. 

Donc Voilà ! Si on reprend les comptes finaux, il n'y a pas eu de KO hier soir, mais une victoire au point de Ségolène avec le classement suivant : 1. Ségolène Royal (3, 5 points) 2. Martine Aubry (3 points) 3. Arnaud Montebourg (2,5 points) 4. Manuel Valls (2 points) 5. François Hollande (1 point) 6. Jean-Michel Baylet (0 point)

 

Thomas :-)

Publié dans Points de vue citoyens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article