Etre socialiste, c'est quoi?

Publié le par Moselle d'avenir

Quand on sait moins bien le dire; mieux vaut le laisser dire aux autres qui amènent de vraies richesses à méditer. C'est ce que j'ai ressenti sur ce sujet. Sûr que l'on m'en voudra pas. Je pense qu'il fallait donner un certain retentissement à des textes que j'ai appréciés.

 
       
ETRE SOCIALISTE C'EST QUOI ? BLUM

Message de goalexandre


Je vous invite pour tous ceux que cela intéresse a aller sur ce site 

http://www.lours.org/default.asp?pid=292 


Léon Blum raconte dans une brochure dedié a son fils sa vue du socialisme : 
Rose-PS.JPG
1. De quoi est né le socialisme ?

2. Pourquoi est-on socialiste ?

3. La véritable égalité

4. De quoi est fait le capital ? 


 
Quelques extraits

"À mon Fils "

" Jeunes filles et jeunes gens qui lirez ces quelques pages, je ne vous demande que ceci : lisez avec une entière foi dans la sincérité de l'homme qui s'adresse à vous, lisez avec une attention dégagée des préjugés qui vous enserrent sans doute depuis votre enfance, lisez en laissant se former en vous l'appel de vos consciences dont les rigueurs de la vie n'ont pas encore faussé la voix, lisez avec vos yeux frais et votre esprit libre".


1. De quoi est né le socialisme ?

Voilà longtemps que les hommes travaillent, souffrent et pensent sur cette terre. Leurs efforts accumulés par les siècles ont créé peu à peu une moralité universelle, ont constitué comme un patrimoine commun de sentiments que chacun de nous porte en soi dès sa naissance,

De quoi est né le socialisme ? De la révolte de tous ces sentiments blessés par la vie, méconnus par la société.
Il est né de la compassion et de la colère que suscitent en tout cœur honnête ces spectacles intolérables : la misère, le chômage, le froid, la faim, alors que la terre. Le socialisme est donc une morale

2. Pourquoi est-on socialiste ?


On est socialiste à partir du moment où l'on a considéré ce fait essentiel : le patronat et le salariatSR-Rose-PS.JPG s'engendrant l'un l'autre et s'opposant l'un à l'autre, à partir du moment où l'on se refuse à accepter ce fait comme nécessaire et éternel, à partir du moment où l'on a cessé de dire : “ Bah !, c'est l'ordre des choses ; il en a toujours été ainsi, et nous n'y changerons rien ”, à partir du moment où l'on a senti que ce soi-disant ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité, de solidarité qui vit en nous.
L'or et les billets de banque ne sont pas des richesses réelles, ce sont des monnaies, c'est-à-dire des valeurs fictives, mais ils ne sont par eux-mêmes d'aucune utilité sociale. Il est aisé de concevoir une société parvenue à un haut degré de culture et de civilisation, où la monnaie ne serait cependant pas employée. 

Message de Nani2

Et socialiste c'est en effet faire passer les valeurs humaines avant les valeurs matérielles. Quand on fait l'inverse, on se retrouve à donner raison auplus riche , au plus fort, au plus beau. Un monde où la majorité des citoyens est litéralement dénigrée.

Mais personne ne veut enlever leurs biens aux riches et tout ça . C'est une fausse peur. Le socialisme veut garantir qu'il reste des biens communs gratuits, publics, pour tous. Sinon tout s'achète et on va vite avoir des écoles privées confortables et du public lamentable comme aux US, pour ne donner que cet exemple. Ensuite , le socialisme ne veut pas fonder les droits sur les acquis, c'est nécessaire pour l'egalité des chances de ne pas regarder le portefeuille avant de juger. C'est flagrant en justice par exemple.

A ma connaissance plus personne ne veut redistribuer les richesses actuelles, mais faut-il rendre encore plus riche par des cadeaux fiscaux des gens qui ont la valise à la main? des que l'un deux sera pris par x raisons, il fera du chantage ou ira en Suisse? Est-ce qu'on négocie avec les maitre-chanteurs? franchement. Qu'ils s'en aillent ceux qui veulent de la France juste tant qu'ils peuvent l'exploiter, il y a encore du monde derrière.

Par ailleurs je crois au patrimoine de la France. Comme je l'ai dit on peut tout acheter, et je veux pas qu'on privatise les musées, les collines, les littoraux...etc.. Des sociétés de super-riches existent et sont hideuses, voir le cas du Brésil, méconnu mais caricatural. Là-bas les milliardaires ne font pas semblant, mais le peuple vit un martyr quotidien. Les riches ne peuvent pas gouverner, ça se saurait sinon. De même il n'existe pas de tyran éclairé dont Voltaire rêvait je crois. Ce serait trop facile. Le pouvoir doit aller au peuple. Et le peuple doit disposer de biens nationnaux proportionnels à la population qu'ils représentent. C'est le seul moyen de bien vivre en France.


En tous cas les principes du libéralisme de droite ne raisonnent pas comme ça. Je crois que le libéralisme de droite ne regarde que l'argent et s'il voit qu'il y en a beaucoup il est content. Mais c'est facile d'en mettre beaucoup sur quelques têtes en puisant sur le peuple. Enfin, je ne veux pas rentrer plus loin dans le débat


Message de le négaret 

Ce que j'en pense c'est que beaucoup de nos hauts dirigeants de Solférino et d'ailleurs , en sont bien mais alors bien éloignés.

Et je pense que chaque réunion de notre parti surtout dans les hautes sphères, mais aussi a la base les réunions de section, toutes devraient commencer comme avant a l'école avec la leçon de morale, par une citation de Blum ou Jaures. 

 

 


Message de asse42 

Rose-PSE.JPGJ’approuve ta vision expansionniste du capitalisme et ton espoir en un avenir meilleur dépassant le capitalisme.
Nous sommes tous d’accord ici pour dire que le capitalisme n’est pas une fin en soi et qu’il finira un jour ou l’autre, quand?, à s’effacer naturellement. Dépassé qu’il sera par un sytéme social non plus basé sur l’argent mais sur les relations humaines par exemple.
On pourrait penser, par exemple, créer un systéme où l’évolution individuelle de chaque être humain se ferait par un échange avec la collectivité ou un autre individu. L’échange pourrait avoir différentes formes, spirituelles, matérielles; chacun aménerait sa compétence et retirerait en contrepartie ce dont il a besoin suivant son envie, ses objectifs.
Ce serait une sorte de troc global où l’acceptation collective de l’objectif pour l’humanité serait l’amélioration du bien-être pour tous. L’argent aurait disparu et avec lui on peut le penser beaucoup de comportements qui entravent notre évolution: guerres, magouilles, cupidité, avarice, corruption, espionnage, sabotage, compétition, concurrence,etc…
En fait on pourrait imaginer une société où chaque être humain contribuerait au progrès collectif sans contraintes et avec envie. Un rêve quoi! Ca fait aussi du bien… 

Norbert Borr

Publié dans Points de vue citoyens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ezechiel2510 02/08/2007 16:06

Etre socialiste? ou plus largement être de gauche ,c'est quoi?
bonne question qui amène à repenser mon engagement. bien sur comme tout le monde , je me réfère à Jaurès, Blum, et ,moi femme, à Louise Michel ! et entant qu'éducatrice à Léo Lagrange si souvent oublié ! Bien sur ce n'etait pas un grand penseur théorique de la politique, parce que lui mettait l'homme et son épanouissement au cœur de son action bien devant le "fric", l'éducation avant la rentabilité! eh bien être de gauche c'est ça mettre l'humain au cœur et avant tout;et si toute notre action est basée sur cette idée , alors touts les dérives lies à la rentabilité et a l'argent disparaissent.
Pour coller à l'actualité pouvons nous rêver et réaliser un Tour de France " de gauche": plus de dopage et que de la beauté!
pour étayer mon propos voici quelques citations de Léo Lagrange:


« Dans le sport, nous devons choisir entre deux conceptions :
- la première se résume dans le sport spectacle et la pratique restreinte à un nombre relativement petit de privilégiés,
- selon la seconde conception, tout en ne négligeant pas le côté spectacle et la création du champion, c’est du côté des grandes masses qu’il faut porter le plus grand effort.
Nous voulons que l’ouvrier, le paysan et le chômeur trouvent dans le loisir la joie de vivre et le sens de leur dignité ».
Léo Lagrange, discours du 10 juin 1936.
« Notre but simple et humain, est de permettre aux masses de la jeunesse française de trouver dans la pratique des sports, la joie et la santé et de construire une organisation des loisirs telle que les travailleurs puissent trouver une détente et une récompense à leur dur labeur ».
Léo Lagrange, Sous Secrétaire d'État a la Jeunesse et aux Loisirs, 1936.
« Notre souci est moins de créer des champions et de conduire sur le stade 22 acteurs devant 40.000 ou 100.000 spectateurs, que d’incliner la jeunesse de notre pays a aller régulièrement sur le stade, sur le terrain de jeux, à la piscine »Léo Lagrange, discussion du budget à la des députés, 1937, cité par J.P.Callède, ibid..

« Si nous avons à faire un effort commun dans le domaine sportif, comme dans bien d’autres, c’est un effort de moralité. J’ai écouté avec grand intérêt M. Temple qui a fait apparaître les dangers redoutables du développement du sport professionnel. Hélas ! lorsqu’on accepte qu’un geste humain qui, par nature doit être désintéressé, devienne la source de profits importants, la juste mesure est très difficile à déterminer.
Je crois que le jour où l’on a admis que le jeu sur le stade pouvait être l’occasion de profits importants, on a fortement atteint la moralité su sport.
Aussi, de toutes mes forces et quelles que soient les critiques, parfois sévères, dont mon action pourra être l’objet, je m’opposerai au développement du sport professionnel dans notre pays. Je détiens au Parlement la charge de servir les intérêts de toute la jeunesse française, et non de créer un nouveau spectacle de cirque ».

comme disait Martin Luther King "I have a drame" j'ai un rêve : que notre société retrouve le sens de l'humain, que nos législateurs mettent les hommes , les femmes , les enfants, valides ou invalides, jeunes et vieux, devant leurs yeux, dans leurs esprits et dans leur cœur avant de légiférer.C'est un rêve? alors que la gauche en fasse une réalité.C'est ça être de gauche!


Anne-Marie Manzano

ezechiel2510 02/08/2007 08:38

Bonjour,
Ne pourriez vous pas dire quelle est votre vivion du socialisme...Cela pourrait être une bonne manière non seulement de comparer; mais surtout faire ensuite une synthèse, avec la permission de tous de tenter une vraie syntèse.
C'est important