Service minimum

Publié le par Moselle d'avenir

Service minimum: Sarkozy veut nous mettre "un revolver sur la tempe"
(Thibault, CGT)



PARIS,  26  avr  2007  (AFP)  -  Le  secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault,  a  affirmé  jeudi  que  la  proposition  de  Nicolas Sarkozy de négocier  avec  les  syndicats,  d'ici  l'été, un service minimum dans les transports  revenait  à  mettre  "un revolver sur la tempe des partenaires sociaux".
Dans  une interview au Monde daté de jeudi, le candidat de l'UMP a déclaré qu'un  projet  de loi sur le service minimum serait proposé "dès l'été" si le  "ministre  des transports et les syndicats" n'arrivent pas à se mettre d'accord  sur  le  sujet  d'ici là, et s'il est élu à l'Elysée au deuxième tour de la Présidentielle.
"Lorsque  j'entends  un  candidat  dire  +moi, je veux tel objectif sur le droit  de  grève,  je  donne  tant de temps pour négocier, mais vous devez aboutir  à  cette  objectif  ou  alors  je  déciderai moi-même+, c'est une conception de la négociation qui consiste à amener les partenaires sociaux autour  de la table avec un revolver sur la tempe", a déclaré M. Thibault, lors  d'une  conférence  de  presse  sur  les  manifestations  du 1er mai. D'une  manière  plus  générale,  le  numéro  un  de  la CGT s'est inquiété d'"intentions  (...)  concernant  la  représentation  syndicale  dans  les entreprises  et l'exercice du droit de grève dans le pays (qui) relève des libertés   fondamentales   prévues   par   la   constitution   française".Le  syndicat  a  plusieurs  fois  fustigé  la proposition de M. Sarkozy de rendre  obligatoire  un  vote  à  bulletin  secret  dans  les entreprises, administrations    et    universités    après   huit   jours   de   grève. Il  s'élève  également  contre la volonté du candidat de l'UMP d'autoriser
les  candidatures  au  premier tour des élections professionnelles au-delà des seuls syndicats représentatifs.

 

Manif-PS.JPG

Ne faudrait-il pas distinguer la gêne occasionnée par un service public "vital" comme la santé ou les pompiers de celle éventuellement créée par un service public ordinaire ? Les cheminots, par exemple, ne sont pas fonctionnaires et relèvent d'un statut particulier propre à la nature juridique de l'entreprise constituée en EPIC depuis fort longtemps.


La réquisition est à l'évidence une remise en cause du droit de grève (inscrit dans la Constitution), raison pour laquelle ce gouvernement a mis beaucoup d'eau dans son vin sur ce sujet...

 

 

 

La véritable question de mon point de vue réside dans la qualité du mode de transport collectif et non dans sa continuité... Même les associations d'usagers le reconnaissent. Les inconvénients amenés par les grêves ne représentent que 2% des autres inconvénients subis par les usagers.
 - Quels inconvénients ? Trains supprimés, sans explications, dus certainement au manque de personnel ;
 - Trains ne s'arrêtant plus à partir de certaines gares parce que surchargés et par manque de wagons ;     
 - Retards souvent très importants et répétitifs.

Si on récapitulait tout cela, on se rendrait compte que la grève n'entre que pour peu de choses dans la gêne des voyageurs. Mais ce gouvernement cherche probablement à affaiblir les mouvements revendicatifs car il dissimule mal sa volonté "d'aligner" les régimes spéciaux maison. Par peur de mouvements sociaux encore plus durs, il ne traite pas de la question du lien maritime avec la Corse autrement plus conflictuel mais aussi autrement plus pénalisant ...

 

 

 

Le problème n'est pas de réquisitionner.
Le problème est pourquoi s'attaquer au droit de grève?  


Attente-gr--ve.JPG Quand deviendrons nous un pays qui considèrera ses syndicats et ses travailleurs comme des personnes matures et quand ce pays acceptera de discuter avec eux lorsqu'un conflit du travail est en train de s'amorcer ? Tous les autres pays européens le font. La discussion y est préférée à l'affrontement.

En France il faut toujours plus de 8 jours de grêves et, quelquefois plus, pour que la négociation s'enclenche.

Quant à la réquisition qui existe pour les fonctionnaires, elle est illégale.

 

 

Réactions lues ou entendues 

"Extraits : Dernière étape pour la loi-cadre sur le service minimum...

Au centre des préoccupations des syndicats notamment, la déclaration d'intention qui sera demandée aux salariés, 48 h avant l'arrêt de travail...

D'après les observateurs, ce n'est certes qu'une loi-cadre qui s'imposera après négociation des partenaires sociaux et il n'est pas question de réquisition qui aurait été considérée comme un casus belli.

La déclaration d'intention résout-elle plus de questions qu'elle n'en pose ?

Pour Sud-Rail, les cheminots pourraient envisager de dire systématiquement qu'ils vont faire grève par précaution et pour éviter toute sanction...

La prévision de l'importance du mouvement serait ainsi mis à mal et le pire devrait toujours être envisagé...pour l'organisation du Service Public ...

Le dialogue social et la continuité du Service Public n'y gagnerait rien.

Une loi de pompier-pyromane ? "


"En effet la mise en oeuvre d'un social libéralisme posant la liberté de chacun comme principe incontournable doit tenir compte de la liberté de chacun de travailler quand il veut.
Personne n'a le droit d'interdir l'accès de son lieu de travail à celui qui veut travailler. 
Mais alors se pose la question à 1000€: Qui interdit à un travailleur l'accès à son travail?   Le gréviste,.....ou le patron qui refuse la négociation?....Trop facile de pointer du doigt le "gréviste".

 
Ne vaudrait-il pas mieux encadrer les négociations obligatoires  et qui devraient impérativement aboutir ,au lieu de laisser pourrir une situation qui conduira "médias" et "les gens insuffisamment renseignés" à dénoncer la grève.
La seule difficulté à surmonter devrait porter sur la seule question importante: "comment faire aboutir les négociations" Rien d'autre. Sinon on s'attaque au droit de grève."


                                                                           Norbert Borr

 

Publié dans Points de vue citoyens

Commenter cet article

ezechiel2510 02/08/2007 09:43

Chacun sait que les grève ne constitue que 2% des problèmes que vivent les voyageurs.
Tous les autres problèmes viennnet
- manque de personnel
- matériel vétuste
- trains surcharhés, qui ne peuvent plus
s'arrêter à certaines gares
- pas assez de wagons
- pannes à répétition
- retards et toujours retards

Alors pourquoi s'acharner sur les grévistes...c'est plus médiarisé; à cause du rapport de force et ça plaît à la presse qui tient là un bon sujet pout monter les uns contre les autres

ezechiel2510 01/08/2007 16:31

Concernant la Sécurité sociale et la nouvelle vignette pour les malades....ce qont donc des malades qui vont payer pour des malades....car ceux qui ont une santé resplendissante, n'auront jamais rien à payer. Cela peut laisser a penser que d'être malede c'est un état anormal et à cause de cela il faut payer pour ceux qui sont encore plus malades
D'après Sarkozy il y aura dorénavant 5 branches de l'assurance maladie...puisque la vignette médicale doit financer les frais du "gtand âge" tout comme la vignette auto devvait financer les vieillards à l'époque...eh bien les pauvres sont presque tous morts et n'ont jamais vu la couleur de la "vignette auto"...les caisses de l'Etat oui, elles se sont bien remplies...certaines poches peut-être aussi....
Branche un: branche vitale
Branche deux : branche natale
Branche trois: Branche retraitale
Branche quatre: Branche mortale (ceux de + de 75 ans)
Branche cinq : Branche bancale:handicapés et Alsheimer

ezechiel2510 31/07/2007 01:26

M. Mariton a déclaré ce soir que le sevice minimum pourrait s'étendre à bien d'autres domaines et en particulier à l'Education Nationale...Pas de dialogues avec les associations de parents d'élèves et les professeur...mais le seul indicateur pour affirmer une telle boulette. Un sondage sorti d'on ne sait où et qui dit que 80% des parents seraient d'accord avec cette mesure.
Où on va on nage en plein poujadisme "On fait ce que les gens avec qui, d'ailleurs on n'a jamais parlé, disent. Pourvu que cela arrange la droite